Débat sur la prostitution et les violences faites aux femmes avec Chantal Jouanno

29 nov

Introduction et modération par Lydia Guirous.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Je remercie Chantal Jouanno de nous faire le plaisir et l’amitié de venir ce soir nous parler de ce sujet sur lequel tu t’investis beaucoup. Chantal Jouanno, ancienne Ministre et sénatrice de Paris très active sur la question des Droits des femmes et notamment dans le débat actuel sur la nouvelle loi sur la prostitution. Tu es également Vice-présidente de l’UDI.

Je remercie également de sa présence amicale, Ann-Katrin Jégo Présidente du Club des 52% de l’UDI.

Alors pourquoi ce sujet ?

• D’une part parce que nous sommes à la veille de la journée des violences faites aux femmes, et que malheureusement ce sujet reste toujours d’actualité. Une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint…

• D’autre part, dans le cadre de la campagne des municipales à Paris, dans le centre de Paris ce sujet présente une acuité particulière. Nous sommes à proximité de la rue Saint-Denis, … qui comme chacun le sait, est un lieu important de la prostitution parisienne.

A ce titre et pour diverses raisons (dignité humaine, nuisance,sécurité), il paraissait impératif d’aborder avec vous ce sujet.

Pour moi, la position abolitionniste, soutenue par la plupart des associations à l’exception du STRASS (syndicat des travailleurs du sexe) est la plus conforme à notre vision à l’UDI de ce que doit être la dignité humaine dans une démocratie moderne.

La prostitution est une servitude archaïque qu’il faut faire reculer. Les députés sont dans leur rôle en faisant une proposition de loi pour pénaliser la demande, soutenus par le gouvernement et par les associations féministes.

En effet, il y a une totale dissymétrie entre le client qui cherche son plaisir, une fois de temps en temps, et la personne qui doit subir des relations sexuelles en série, au mépris de sa sensibilité et de son propre désir.

Le commerce de la chair est une négation de la personne, et c’est ce que l’opinion accepte de plus en plus mal.

A Paris, il y a deux types de prostitution: 

Une partie des prostituées sont des prostituées « indépendantes » dite « traditionnelles», elles sont souvent des femmes mûres, de nationalité française. Elles sont aujourd’hui minoritaires et créé peu de nuisances.

Une autre partie de la prostitution, est une prostitution de personnes plus jeunes, souvent étrangères, (asiatiques, d’europe de l’est et d’afrique). Souvent sans papiers et sous le joug de proxénètes… 

La loi de 2003 sur le racolage, que le nouveau texte souhaite remettre en question, n’a pas permit de faire disparaître la prostitution. Elle l’a déplacées…sur internet pour les plus jeunes et dans les bois pour les autres. »

Questions de Lydia Guirous à Chantal Jouanno. 

Intervention de Lydia Guirous sur l’importance d’une meilleure prise en charges des violences psychologiques

Intervention de Ann-Katrin Jégo / Présentation du Club 52% de l’UDI

Débat avec le public. 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Gravatar
Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 640 autres abonnés

Construisez un site avec WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :