Stratégies d’investissement durable en 2024

152
Partager :

À l’aube de 2024, l’investissement durable n’est plus une tendance émergente, mais une composante essentielle de la finance mondiale. Face aux crises environnementales et aux attentes sociales croissantes, les investisseurs intègrent de plus en plus les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) dans leurs décisions. Les stratégies d’investissement durable s’affinent, cherchant un équilibre entre rendements financiers et impacts positifs. Les technologies vertes, l’agriculture durable, l’énergie propre et l’économie circulaire attirent des capitaux conséquents. Dans ce contexte, comprendre les meilleures pratiques et innovations de ce domaine devient fondamental pour les acteurs économiques souhaitant rester compétitifs et responsables.

Les nouvelles frontières de l’investissement durable en 2024

Le paysage de l’investissement durable connaît un renouveau, façonné par de nouveaux paradigmes et des acteurs résolument engagés en faveur d’une économie durable. L’année 2024 voit l’émergence de la Taskforce on Nature-related Financial Disclosures (TNFD), qui, à l’instar de son homologue sur le climat, la TCFD, évalue la manière dont les entreprises intègrent les risques liés à la nature dans leur gestion. En conséquence, la gestion des actifs s’oriente vers une prise en compte systémique des enjeux environnementaux, au-delà du climatique, incluant la biodiversité et les services écosystémiques.

L’écoblanchiment fait désormais l’objet d’une surveillance accrue, les autorités de tutelle scrutant les allégations environnementales des entreprises. Dans ce contexte, les stratégies d’investissement durable en 2024 se doivent de dépasser les discours pour s’ancrer dans une réalité mesurable et transparente. Les investisseurs exercent une vigilance renforcée, s’alignant sur les exigences de la transition juste, qui prend en compte les impacts sur les travailleurs et les communautés, tout en s’avérant financièrement judicieuse sur le long terme.

L’initiative Nature Action 100+, à laquelle adhère Janus Henderson, s’inscrit dans cette mouvance, parallèlement au succès de Climate Action 100+ (CA 100+), qui évalue et engage le dialogue avec les entreprises sur leur trajectoire vers le zéro net. Ces initiatives reflètent une ambition croissante des marchés financiers de promouvoir un développement viable, qui conjugue performance économique et responsabilité environnementale.

Le rôle de la Global Sustainable Investment Alliance (GSIA) dans la définition des termes d’investissement responsable est central, fournissant un cadre pour l’alignement des gestionnaires d’actifs et des investisseurs. Le capital se dirige vers des opportunités d’investissement englobant les fournisseurs de solutions durables, innovateurs et agents d’amélioration, s’ouvrant à des horizons où croissance et développement durable ne sont plus antinomiques, mais intimement liés.

investissement durable

Optimiser les stratégies d’investissement face aux défis environnementaux et sociaux

Dans une ère où la finance durable devient une norme plutôt qu’une option, les gestionnaires d’actifs et les sociétés de gestion scrutent l’horizon en quête d’opportunités d’investissement qui répondent aux exigences les plus strictes en matière d’environnement, de social et de gouvernance (ESG). L’Union européenne, avec la mise en œuvre de sa taxonomie européenne, établit un cadre clair pour ce qui est considéré comme un investissement durable, tandis que l’Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) impose des critères exigeants pour garantir la transparence et la sincérité des revendications en matière de durabilité.

La gestion des actifs s’orientant vers le zéro net, objectif fixé par l’Union européenne pour 2050, se voit désormais intégrée dans les perspectives d’investissement de toutes les classes d’actifs. La régulation, telle que le règlement SFDR (Sustainable Finance Disclosure Regulation), incite les acteurs du marché à une évaluation rigoureuse des risques et à une communication transparente sur leur gestion de la matière de durabilité. Les taux directeurs, dans la zone euro, reflètent aussi l’engagement des autorités monétaires à soutenir les initiatives durables, influençant le comportement des investisseurs et le taux d’intérêt appliqué au capital d’investissement.

Face aux risques du changement climatique, les institutions telles que le CFA Institute et l’SEC (Securities and Exchange Commission) jouent un rôle fondamental dans la définition des standards et la sanction des dérives, comme le montre l’amende imposée à DWS pour des allégations trompeuses sur leurs produits ESG. Les stratégies d’investissement durable en 2024 s’articulent donc autour d’une gouvernance renforcée et d’une vigilance constante vis-à-vis des enjeux de notre époque, avec une attention particulière sur les opportunités d’investissement qui promettent une croissance respectueuse des impératifs écologiques et sociaux.

Partager :